Un entretien avec Hans Vannuffelen, Wouter Hilderson et Bert Vanderwegen

  • janvier 7, 2022

 Les modules de formation tant attendus pour les conseillers en rénovation de première ligne (eerstelijnsrenovatieadviseurs, ELA) sont disponibles sur notre plate-forme d’apprentissage en ligne Learnworlds. Ces modules, ainsi que la boîte à outils de conseil en rénovation (BCR) qui les a inspirés, ont été créés grâce à une coopération fructueuse avec Kamp C, Pixii et Dialoog. BE REEL ! s’est entretenu avec trois experts qui ont participé à l’élaboration de ces outils, un expert pour chaque partenaire.

HansAssistant-psychologue de formation, Hans Vannuffelen travaille depuis 5 ans en tant que chef de projet pour  Kamp C. Il a commencé sa carrière au service communal de la jeunesse et s’est retrouvé à Kamp C par pur intérêt pour la construction durable. Il y gère divers projets de rénovation tels qu’Energy Measures et Sure 2050.

 

Wouter Hilderson travaille pour Pixii, l’ancienne Plate-forme Maison Passive, en tant que conseiller technique. Ses activités prennent principalement la forme de formations liées à sa spécialité : la rénovation de l’enveloppe du bâtiment, dans laquelle son expérience d’ingénieur-architecte vient à point nommé. Récemment, il s’est plus particulièrement consacré à l’appel du FSE (Fonds social européen) visant à développer une formation en ligne pour les futurs planificateurs de la rénovation. Il essaie par ailleurs de rester impliqué dans de nombreux projets de recherche.

 

 

BertBert Vanderwegen est responsable du contenu chez Dialoog. Cet ingénieur civil-architecte de formation s’est retrouvé dans le secteur de la construction durable par intérêt après avoir effectué un stage dans un bureau d’architecte. Il a commencé par travailler comme conseiller technique pour un importateur de produits d’isolation et de matériaux d’étanchéité à l’air et pour la Plate-forme Maison Passive. Chez Dialoog, il prodigue des conseils en matière de construction durable et de rénovation aux particuliers. Il leur rend visite et voit ce qui peut être fait. Il fait de même pour les pouvoirs publics et les administrations communales et dispense également des formations, notamment sur l’enveloppe du bâtiment, son domaine d’expertise.

LES PARTENAIRES

Que fait exactement KAMP C/PIXII/DIALOOG ?

Hans : « Kamp C est le centre de soutien à la construction durable de la Province d’Anvers. Parmi les 5 centres d’assistance, nous sommes uniques en tant qu’entreprise provinciale autonome. Nous rassemblons déjà la plupart des ressources et des compétences en interne. Nous employons environ 25 personnes, dont 10 chefs de projet, 4 consultants, des personnes actives dans l’éducation ainsi que dans la location et la gestion de notre centre de conférence et d’affaires, et de notre espace d’exposition. Nous utilisons notamment ces locaux pour concrétiser des idées innovantes telles que l’impression en 3 D. Avec les entreprises participantes, nous examinons ensuite les potentialités futures. Cela va au-delà de ce que font par exemple les universités qui impriment quelque chose et voient ce qui est techniquement possible. Chez nous, il y a un lien plus direct avec le maître d’ouvrage. Un autre projet sur lequel nous travaillons intensivement consiste à trouver une méthode standardisée pour rendre un immeuble de bureaux circulaire. C’est dans ce but que nous avons lancé le processus en proposant des masterclasses auxquelles toute personne intéressée pouvait se joindre. Nous avons ensuite lancé un appel à la création d’un consortium et nous travaillons désormais sur le terrain, aussi dans l’intention d’inspirer les groupes sur place en leur montrant ce qu’il est possible de faire - hors période Covid, cela s'entend. »

Wouter : « Pixii est une association sans but lucratif qui a démarré sous le nom de Plate-forme Maison Passive afin d’introduire ce concept sur le marché flamand de la construction, en collaboration avec de nombreux professionnels de la construction innovants. Les thèmes sont désormais plus larges, et c’est pourquoi nous avons changé de nom pour choisir celui de l’inventeur de la dynamo, Hippolyte Pixii. C’est un nom lié à l’énergie et qui a une consonance dynamique. Ce dynamisme se traduit, entre autres, dans nos projets au sein de Flux50, dont nous sommes cofondateurs, et un projet de soutien à l’Association des villes et communes flamandes. Pixii emploie neuf collaborateurs. Nous travaillons sur cinq piliers dont le principal est sans aucun doute le volet formation, tant en demi-journées qu’en journées complètes. Nous organisons également des journées d’étude thématiques destinées aux experts. Le conseil et l’assurance qualité constituent le deuxième pilier. Nous fournissons des conseils en matière de certification et de planification pour les bâtiments non résidentiels, pour lesquels nous développons tout un itinéraire. Nous donnons également des conseils en tant que coach en rénovation quasi neutre en énergie pour la ville d’Anvers. La recherche, avec des projets tels que Renofase, est notre troisième pilier. Enfin, nous nous occupons également de nos membres et du travail sur les politiques. »

La formation est divisée par thème en 16 modules gérables.

Bert : « Dialoog est une association sans but lucratif qui a progressivement évolué, d’une organisation qui coordonnait des activités de formation pour les étudiants de la KU Leuven vers une organisation environnementale reconnue qui fournit des conseils en matière de construction durable, tant à domicile que par le biais de séances d’information. Nous publions un mensuel intitulé De Koevoet qui contient des articles couvrant le vaste sujet de la vie et la construction durables. Nous sommes une association sans but lucratif totalement indépendante. Dialoog totalise 9 collaborateurs. Notre équipe se compose d’un personnel chargé du contenu, de deux personnes qui travaillent sur notre magazine, d’un coordinateur et d’un responsable administratif. Bref, c’est une structure assez horizontale.

PIXII/DIALOOG/KAMP C ont été chargés par BE REEL ! de développer la boîte à outils de conseil en rénovation (renovatieadviestoolbox, RAT) et le cours de formation de base pour les conseillers en rénovation de première ligne (eerstelijnsrenovatieadviseurs, ELA). Pouvez-vous expliquer en vos propres termes ce quils incluent et à quoi ils servent ?

Hans : « La RAT est une sorte de table d’orientation qui permet au ELA de s’y retrouver facilement dans le paysage de la rénovation en Flandre, afin de donner des conseils corrects et d’orienter les citoyens vers les autorités compétentes. La formation de base est subdivisée en plusieurs modules thématiques dans lesquels les ELA peuvent puiser afin d’affiner leurs connaissances sur certains sujets et ainsi fournir de meilleurs conseils. »

Wouter : « Concrètement, la RAT se compose de cinq grandes parties que l’ELA peut utiliser avant et pendant sa mission de conseil. Dans un premier temps, il y a la section « faire », (« doen ») qui contient des éléments à exploiter pendant la mission proprement dite. Il s’agit par exemple des primes. La deuxième partie contient toutes les informations de base qui permettront à l’ELA d’explorer un thème plus en profondeur. La troisième contient les liens qui renvoient à des informations destinées au maître d’ouvrage. Enfin, la dernière section donne à l’ELA des informations qui lui permettent de renvoyer son client vers la bonne personne ou instance pour une aide supplémentaire. » 

Les conseillers de première ligne sont très divers.

Bert : « Par exemple, l’ELA travaille à un guichet dans une ville ou une commune et reçoit des questions concrètes sur la rénovation. Il doit s’attacher à sensibiliser et à motiver les citoyens à rénover correctement. Il devra être capable de cerner et de clarifier la demande exacte du client. Il arrive, par exemple, que les clients aient très envie d’installer des panneaux solaires alors que dans leur situation spécifique, une pompe à chaleur conviendrait mieux. Ce type d’intervention demande un certain bagage, et c’est précisément ce qu’apporte la formation de base. Nous l’avons subdivisée par thème en 15 modules gérables afin que l’ELA puisse toujours s’y retrouver facilement et apprendre ce dont il a besoin à son propre rythme. »

Kamp C a effectué les recherches préparatoires et réalisé un inventaire/une analyse des besoins. Comment avez-vous procédé ?

Hans : « Nous avons mené des entretiens approfondis avec les conseillers en rénovation et les opérateurs des maisons de l’énergie. Quelles sont les connaissances disponibles ? Comment perçoivent-ils le rôle de l’ELA ? De quoi ont-ils besoin ? Autant d’éléments que nous avons inventoriés et partagés avec les partenaires. Ils ont également mené des entretiens, mais principalement avec des utilisateurs finaux. Lors des consultations communes, nous nous donnions mutuellement un feed-back constant. J’ai moi-même participé à l’élaboration du module sur les primes de la formation de base.

La grande diversité des ELA nous a frappés. Certains possèdent un solide bagage technique et d'autres, généralement à pied d'œuvre à un guichet, ont souvent un bagage social plus important. Compte tenu de la grande variété des profils, nous avons subdivisé la formation en modules, afin que le futur ELA puisse choisir en connaissance de cause ceux qui lui conviennent. » 

Pixii a préparé la RAT réelle sur la base de l’inventaire. Comment vous y êtes-vous pris et pourquoi ?

Wouter : « Nous l’avons transformée en un PowerPoint interactif où l’on peut facilement naviguer entre les menus. Il est facile de le convertir en PDF ou de l’intégrer à un site web. 

En pratique, comment avons-nous procédé ? Nous avons commencé par rassembler toutes les informations à partir de diverses sources telles que des entretiens avec les conseillers de notre réseau et les travaux préparatoires de Kamp C. La RAT et la formation étant si étroitement liés, nous avons réparti le travail entre les membres du consortium. Pixii s’est principalement chargé du développement et a élaboré certains modules de la formation. »

Dialoog a largement contribué à la rédaction du programme de formation des conseillers en rénovation et de l’essentiel des modules de formation finaux. Comment ont-ils vu le jour ?

Bert : « Nous avons subdivisé la formation en fonction de l’expertise. J’ai élaboré moi-même la plupart des modules, car Pixii avait déjà beaucoup de travail avec la RAT. Concrètement, il s’agit des modules limitant la demande d’énergie, les installations, la PEB, le renforcement des capacités et la politique de rénovation. »

Quels enseignements avez-vous tirés de l’ensemble du processus ? 

Hans : « Il est difficile de trouver un équilibre entre la fourniture d’informations techniques et l’accessibilité générale. »

Wouter : « D’après mon expérience, ce projet s’est caractérisé par une très bonne collaboration avec un groupe cible et des objectifs clairs. »
Bert : « On a tendance à y mettre trop de contenu. C’était aussi une demande spécifique de la VEKA : que la portée ne soit trop vaste, ce qui est tout à fait compréhensible. Le groupe-cible est celui des ELA qui n’ont pas besoin d’être capables d’expliquer tous les détails fonctionnels et techniques. En effet, ils doivent juste pouvoir vous aiguiller vers quelqu’un qui peut vous aider. C’est précisément à cela que servent la RAT et la formation. »

 

QUESTIONS D'OPINIONS

Imaginons... En qualité de décideur politique, vous pouvez modifier/créer une seule mesure politique pour vous aider à atteindre vos objectifs. Laquelle choisissez-vous ? Pourquoi ? (Vous pouvez choisir vous-même le niveau politique)

Hans : « Si on parle de rénovation et de neutralité énergétique, je ne prendrais pas de demi-mesures. L’objectif final, c’est la neutralité énergétique et, ces dernières années, nous avons subdivisé le parcours qui mène à cet objectif en plusieurs phases. Au début, c’était un CPE E100, puis E80 et ainsi de suite. C’est dommage, car de cette manière, on met intrinsèquement un frein inutile à l’objectif final. En effet, le Belge moyen est très enclin à se contenter de faire ce qui est obligatoire. Si la loi stipule que l’isolation de votre toit doit avoir une épaisseur de 12 cm, il n’ira généralement pas beaucoup plus loin. Si vous faites l’investissement complet en une seule fois, vous gagnez du temps et vous êtes plus efficace. Cependant, je me rends compte que c’est un peu plus complexe en termes de politique. Mais à mon avis, on insiste trop sur ces objectifs intermédiaires. 

Wouter : « Je ferais plus d’efforts pour communiquer sur la rénovation complète à des moments clés. La sphère politique en est de plus en plus consciente. Cependant, j'estime que nous nous concentrons trop sur de simples mesures individuelles, en oubliant ainsi quelque peu l’objectif général. Lorsque la norme était encore E100, il n’y avait pas de contraintes ni de délais. Les personnes qui souhaitaient vivre de manière économe en énergie ont construit leur maison avec une valeur de E80. Quelques années plus tard à peine, il est apparu qu’elle était déjà dépassée. Mais lorsque le gouvernement a communiqué sur le passage complet à l’E30 et à la quasi-neutralité énergétique, un élan s’est créé et la transition s’est déroulée sans trop de problèmes. S'il est vrai que l’objectif final de la rénovation est déjà connu (label A), il n'en demeure pas moins abstrait et facultatif pour beaucoup de gens. »

Je miserais davantage sur la rénovation complète à des moments clés.

Bert : « Je comprends parfaitement qu’un décideur politique doit dégager des compromis, car s’il va trop loin, il perdra une partie de son électorat. Cependant, je ne pense pas que la réglementation aille assez loin, de sorte que le compromis est quelque peu édulcoré. Des mesures qui témoignent d’une ambition et d’une réflexion à long terme me manquent. »
 

Quelle hypothèse/thématique relative à la rénovation énergétique des bâtiments aimeriez-vous retrouver dans une étude ou une mesure concrète et pourquoi ? 

Hans : « Je m'intéresserais plutôt à l'influence de la psychologie dans les décisions énergétiques. En suivant l'approche de la climatologue Jill Peeters dans sa série « Wat houdt ons tegen? » (Qu'est-ce qui nous retient ?), mais transposée à la rénovation. Quelles sont les motivations qui poussent quelqu’un à rénover ou pas ? Certaines personnes veulent à tout prix rénover leur salle de bains. Cependant, si l’enveloppe du bâtiment n’est pas correctement isolée, cette rénovation ne sert pas à grand-chose. Comment les convaincre ? Je pense que c’est un sujet intéressant à approfondir. Le public est conscient qu’il y a un problème climatique, mais il a encore trop souvent le réflexe de se dire : « Ce n’est pas à moi d’agir tout seul. » Il nous incombe donc de donner un coup de pouce aux intéressés et d'explorer comment renforcer leur sens des responsabilités. Les entreprises et les entrepreneurs pourraient également leur faire comprendre que si leur toit n’est pas isolé, ils ne peuvent pas installer de panneaux solaires.

Wouter : « L’une des choses sur lesquelles Pixii insiste beaucoup, c’est la circularité. Cette vague de rénovations va immanquablement créer une montagne de déchets. L’activité dans le secteur de la construction va doubler. Je veillerais donc à ce que tout ce qui est nouveau soit utilisé efficacement et à ce que nous ne créions pas de nouveaux problèmes dans 30 ans en utilisant de nouveaux matériaux. La manière de transposer cette approche en pratique, dans le cadre d’une rénovation, est tout sauf simple, c’est pourquoi il est bon de faire des recherches. »

Bert : « Il convient de déployer des mesures plus concrètes assorties d'un impact à long terme. Que faut-il faire pour passer d'une réflexion à court terme à un questionnement à long terme ? Cela devrait faire l’objet d’une enquête. Sur le plan technique, beaucoup de choses sont déjà possibles aujourd’hui. Mais pourquoi ne les faisons-nous pas, ou pas assez ? »

Je vous remercie de cet entretien